Retour

Mon
aquarium
récifal

  1. Le bac
  2. Le brassage
  3. L'éclairage
  1. Le décor
  2. Les habitants
  3. Descente et remontée
  1. Local technique
  2. Cuve technique
  3. Gestion de l'eau
  1. Electronique
  2. Réacteurs
  3. Vue d'ensemble
Cliquez sur les illustrations pour les agrandir; elles défileront automatiquement en cliquant sur la première.
  1. Le bac
Quand nous avons construit la maison en 1980 l'architecte a prévu, à notre demande, un bloc de maçonnerie de 120 x 60 cm décentré dans le living, on peut pratiquement en faire le tour. Ce bloc a d'abord supporté plusieurs aquariums d'eau douce puis, début 2002, d'eau de mer : 400 litres DIY.
Rapidement devenu trop petit, coincé par la forme du bloc j'ai trouvé la solution : faire déborder le bac de 15 cm tout autour ce qui porte le volume à 750 litres;
J'ai construit ce bac en juillet 2004 en verre de 10 mm sauf le fond en 12 mm.
13 ans plus tard le bac a commencé à présenter de petits suintements de plus en plus embêtants : j'ai décidé de le remplacer par une cuve identique que j'ai fait faire par "La vie en bleu", nouveau bac installé en janvier 2018 : verre extra blanc de 12 mm, fond en 15 mm.
  1. Le brassage
Un brassage de l'ordre de 20 à 30 fois le volume du bac est suffisant; si on conseille 40 fois c'est parce qu'on considère qu'il y a plusieurs pompes qui ne tournent pas en même temps; par exemple si on a 2 pompes de 20 fois (ce qui fait 40 en tout) mais qu'on les fait fonctionner à tour de rôle le brassage moyen est de 20 fois.
D'autre part pour qu'un brassage soit efficace il faut qu'il soit varié afin d'aller débusquer les sédiments dans tous les recoins du bac; mieux vaut donc 2 pompes de 20 fois qui tournent alternativement qu'une seule de 20 fois qui tourne en permanence; ce qui est encore mieux c'est l'oscillateur.

Pour mon bac de 150 x 90 x 65 = 750 litres j'ai eu jusque 7 pompes qui ne fonctionnaient jamais toutes en même temps.
Sur oscillateur j'ai pu réduire ce nombre à 3; les oscillateurs fonctionnent 16h/24 (accalmie de minuit à 8h)
  1. Tunze Stream 6095 ø70 9.500 l/h 16h/24
  2. Tunze Stream 6125 ø90mm 12.000 l/h 24h/24
  3. Gyre XF130 24h/24 15 minutes 60% en direct (brassage surface) / 15 min 40% reverse
Le débit total de toutes les pompes à 100% est de 30.000 l/h; en tenant compte des pourcentage et temps de fonctionnement on arrive à 23.000 l/h soit 30 fois le volume du bac.
  1. L'éclairage
Le premier bac de 400 litres était éclairé par une rampe Arcadia 2 x 150W HQI + 2 tubes bleus.
Après passage à 750 litres les 2 HQI et leur ballast ont été remplacés par des HQI 250 Watts.
Les sources HQI étant trop ponctuelles les faces avant et arrière des PV étaient mal éclairées.
En mai 2009 je l'ai remplacée par une rampe Giesemann Matrix comportant 12 T5 de 54W.
Je me suis rendu compte que cette rampe T5 très bien finie et très esthétique par ailleurs, est mal conçue.
Après seulement 2 ans 1/2 je l'ai remplacée par une rampe LED de construction personnelle.

Pour la concevoir j'ai effectué tous les calculs de puissance lumineuse, de CCT, de répartition ... en Excel; c'est à ce moment que j'ai pensé à transformer ces calculs en programmes utilisables par tout qui envisageait de construire sa rampe LED, et ensuite tous les modules qui constituent maintenant RV Reef Tools.
La rampe est constituée de 12 LEDs Multichip 50 Watts dont vous pouvez lire la description complète ici.
En résumé elle comporte 3 LEDs "blanches" (8.000K) avec lentille 90° et 9 LEDs "bleues" (20.000K) avec lentille 60° pour une puissance électrique totale de 520 Watts.
Fin 2018 après 7 ans j'ai remplacé les LEDs
  • les 3 LED blanches ont fonctionné pendant 25.000 heures;
  • 4 LED bleues ont fonctionné pendant 23.750 heures;
  • 5 LED bleues ont fonctionné pendant 21.250 heures.
  1. Le décor
Comme on peut le voir sur les photos ci-dessus le premier décor avait pour prétention de représenter un éboulis rocheux comme j'en avais vus en plongée, plus haut sur la gauche pour masquer la surverse : pas très réussi.
D'autre part en automne 2004 j'ai acheté une Entacmea quadricolor qui a finit par s'installer tout en haut, j'étais content quand elle s'est divisée, sauf qu'elle s'est tellement multipliée que j'ai fini par en avoir partout; en même temps un Stylophora était devenu énorme.
J'avais envie d'élaguer le Stylophora et de virer toutes ces anémones mais ne savais vraiment pas comment m'y prendre quand je suis tombé sur un couple qui m'a proposé de refaire le décor, ce qui fut fait en janvier 2014.

Afin d'alléger l'ensemble l'idée était de garder la partie haute pour masquer la surverse mais d'y ménager un tunel, de baisser considérablement le centre et d'installer un pilier Aquaroche à droite.
Il a fallu une journée de travail pour vider le bac en partie, retirer toutes les PV, les nettoyer et les débarrasser des anémones puis de tout remonter, vous trouverez tous les détails de l'opération ici Réfection du décor
Fin 2018 j'ai vu la photo d'un bac où on avait installé une arche : j'ai commandé une Aquaroche ref 2048 et l'ai installée comme ci-dessous.
  1. Les habitants
Le but d'un aquarium récifal est évidemment d'y élever du vivant.
Je ne cherche pas les coraux compliqués à maintenir; en juin 2019 j'ai
  • 2 variétés d'Euphyllia
  • Acropora Formosa
  • Montipora digitata
  • Physogyra lichtensteini
  • Duncanopsammia
  • Zoanthus brun
  • Parazoantus gracilis
  • Hydnophora Pilosa
  • Caulastrea
  • Entacmea quadricolor
  • Depuis peu une Heteractis crispa qui avait été prévue pour l'arche
Comme escargots j'ai eu Strombus luhuanus, Nassarius coronatus, Nassarius distortus, ... mais il ne vivent pas longtemps, sauf les Euplicas.
Autres détritivores
  • 2 oursins dont un Tripneuste (j'avais un Mespillia globulus depuis 2016 mort en 2019)
  • 1 Stenopus hispidus
  • 2 Lysmata amboiensis depuis avril 2016
  • 1 Hymenocera picta (crevette arlequin) à cause des asterinas, depuis avril 2016 mais morte après 2 ans 1/2
Côté poissons j'ai essayé sans succès Anthias, Cauderni et autres petits; ce qui fonctionne le mieux sont les chirurgiens, actuellement (les âges sont calculés jusque aujourd'hui)
03/200219 ans 0 moisAmphipryon ocellaris 07/200218 ans 8 moisZebrasoma desjardinii 07/200317 ans 8 moisAcanturus coeruleus
04/200218 ans11 moisParacanturus hepatus 11/200317 ans 4 moisZebrasoma flavesens 04/20164 ans11 moisChelmon rostratus
07/200312 ans6 moisCtenochaetus strigosus 11/200510 ans2 moisAcanthurus sohal 01/20124 ans2 moisAcanturus nigricans
04/200214 ans2 moisAmphipryon sebae
  1. Descente et remontée
Vu la position de la cuve il y avait 2 possibilités pour faire passer les tuyaux : au centre du bac ou dans le mur.
J'ai choisi la seconde ce qui fait que par manque de place il n'y a qu'un perçage.
La remontée est donc dans le descente et il n'y a pas de descente de sécurité.
On voit, à gauche, les pièces constituant la partie de la tuyauterie où la remontée en 25 mm est dans la descente en 40 mm (50 mm dans la partie "commune"), ainsi que l'intégration dans le mur.

Pour éviter le débordement du bac un capteur de niveau (photo de droite) arrête la pompe de remontée s'il est trop haut.
Sur cette même photo on voit la remontée qui passe par dessus la surverse.
Suivant le principe selon lequel une descente, pour être silencieuse, doit avoir son entrée noyée, un "robinet" situé dans le fond de la surverse permet d'ajuster le niveau à peu près à mi-hauteur, détails ici.

La pompe de remontée Royal Exclusiv RD 3 8 m³ à 80% de puissance (64 Watts) fournit un débit de 2.360 l/h soit un Turn Over de 2,7.
  1. Local technique
Je reviendrai en détail sur les éléments de cette vue panoramique; seul le RAC n'est plus d'actualité.
Tout en haut à gauche la réserve d'eau osmosée (50 litres), à côté l'osmoseur puis le tableau électrique "gestion de l'eau", dessous cuve de préparation d'eau de mer (40 litres).
En face la cuve technique avec, de droite à gauche, l'écumeur, le compartiment de décantation, le compartiment de remontée et le refuge.
Sous la cuve technique les interfaces des sondes Aquatronica et le tableau électrique chauffage, groupe froid, écumeur et RAC.
A droite le RAC et le groupe froid.
  1. Cuve technique
L'eau circule de droite à gauche; après passage dans l'écumeur externe elle traverse successivement
  • un compartiment qui permet de récupérer les plus gros sédiments;
  • une chicane qui contient 2 résistance chauffante titane de 300 Watts (en orange) ainsi que la sonde de mesure de température;
  • un compartiment de décantation ou l'eau circule à faible vitesse afin de laisser décanter les sédiments;
  • 90% de l'eau arrive dans une chicane qui évite que les bulles produites par la chute du compartiment précédent se retrouvent dans le bac via la pompe de remontée;
    cette chicane contient une couche de mousse bleue (en bleu) qui supporte une couche de perlon (en blanc) afin de peaufiner le filtrage;
  • après la chicane elle arrive dans le compartiment de remontée qui contient une pompe Royal Exclusiv RD3 8m³;
  • 10% de l'eau contourne la chicane et passe par un refuge de 50 litres avant de revenir dans le compartiment de remontée.
Les détails de la manière de répartir l'eau 90%/10% est détaillée ici.
  1. Gestion de l'eau
La gestion de l'eau est confiée à un automate Zelio de Schneider dont la tâche principale est de maintenir constant le niveau de l'eau dans le compartiment de remontée grâce à un interrupteur à flotteur qu'on voit sur la photo de droite et à une pompe péristaltique Aqua Medic SP3000.
Afin d'éviter tout débordement au cas où le flotteur se bloquerait en position basse la pompe ne peut tourner que pendant 20 minutes par heure.

Un second flotteur détecte un niveau trop bas ce qui coupe la pompe de remontée pour éviter qu'elle tourne à sec.

Le Zelio maintient aussi le niveau de la réserve d'eau osmosée en ouvrant une électrovanne chaque jour à 9 heures et en le coupant dès que le niveau haut est détecté par l'interrupteur à flotteur qu'on voit en haut de cette cuve.

Accessoirement le zelio gère enfin le brassage et le chauffage de la cuve de préparation d'eau de mer qu'on voit en bas à droite.
Sous le bac de préparation on trouve une pompe MJ1200.
Le tuyau de gauche vient de la réserve d'eau osmosée : on peut transvaser le'eau de celle-ci vers la cuve de préparation simplement en ouvrant un robinet;
celui de droite va vers la cuve technique.
Ils sont reliés par un té dont le 3ème port est raccordé à la pompe.
L'entrée de la pompe va directement dans le passe paroi dont l'entrée est percée de quelques trous supplémentaires afin que le bac de préparation puisse mieux se vider.
  1. Electronique
Un "ordinateur" Aquatronica associé à un bloc de 6 prises placés dans une baie située derrière la surverse permet de gérer l'éclairage et le brassage.
Les alimentations des pompes de brassages sont situées dans la même baie.

Par l'intermédiaire d'un second bloc de prises situé à la cave l'Aquatronica permet de mesurer la conductivité, le potentiel Redox, la température ainsi que le pH de l'eau et celui du RAC.
Il commande ainsi automatiquement le chauffage (2 résistances titane de 300W chacune), le groupe froid et l'électrovanne du CO2 du RAC.
  1. Réacteurs
J'ai choisi un écumeur externe pour la raison principale que toute l'eau de descente le traverse nécessairement.
Ceci me semble plus performant qu'un écumeur interne de mêmes caractéristiques placé dans la cuve technique parce qu'une partie de l'eau le contourne.
Il s'agit du modèle Deltec TC2060 donné pour un débit d'air de 1.200 litres par heure.
Afin d'éviter qu'il se colmate la pompe s'arrête 15 minutes toutes les 6 heures, ainsi l'eau remonte dans le venturi et dissout les concrétions de sel.

Le RAC est aussi de marque Deltec, modèle PF601 d'un volume de 8 litres.
Il est alimenté en CO2 par une bouteille d'une capacité de 10 kg via une électrovanne pilotée par l'Aquatronica qui mesure aussile pH dans le RAC.
La sortie du RAC arrive à la sortie de l'écumeur, endroit particulièrement bien brassé et oxygéné ce qui diminue le reliquat de CO2.
  1. Vue d'ensemble