Depuis 7 ans que mon RAH précipite les phosphates et le magnésium, il était temps de passer au RAC plus moderne.

 

Merci d'abord aux bricoleurs avertis qui m'ont inspiré

Leth : http://www.reef-guardian.com/modules.php?name=News&file=article&sid=975

Jean-Marc : http://jmsnat.free.fr/site/reacteurcalcaire.html

Ludo : http://www.reef-guardian.com/modules.php?name=News&file=article&sid=966

et Marco : http://www.acquaportal.it/Articoli/Faidate/reattore/default.asp

 

Pourquoi ne pas avoir construit simplement un de ceux là direz-vous ?

D'abord parce que je trouve 50% du plaisir du bricolage dans la conception; ensuite parce que sans vouloir critiquer leur travail, ils ont chacun "un petit quelque chose" qui ne me convient pas.

1           Conception

Quels sont les critères que j'ai voulu respecter ?

·         un montage type "Meccano";

·         une chambre principale où l'eau circule de bas en haut, pour réduire le colmatage;

·         une chambre secondaire pour faire remonter le pH en sortie;

·         une entrée et une sortie disposées de telle manière qu'il y ait une différence de pression entre les deux afin d'éviter toute pompe de circulation extérieure;

·         un circuit parcouru comme suit (les n° renvoient au schéma ci-dessous)

1.      chambre principale remplie de carbonate de Calcium

2.      sortie vers la chambre secondaire; c'est l'endroit où le pH est le moins bas

3.      injection de CO2 le plus tôt possible pour lui laisser l'opportunité de se dissoudre

4.      une chambre de dissolution du CO2 constitué d'un simple de tube de 20 mm

5.      l'entrée d'eau, juste avant la

6.      pompe de circulation qui souffle directement dans la chambre principale

Et voilà le premier schéma résultant de mes cogitations :

Schéma1.jpg

·   la pompe est une Eheim 1250 couchée de manière à souffler dans la chambre principale  sans coude;

·   un raccord union (12) permet le démontage;
à l'entrée de la pompe, ce n'est pas nécessaire puisqu'elle se démonte d'un quart de tour.

·   à la sortie de cette chambre, en diamètre 25 mm, un raccord union puis

·   une croix permettant de raccorder

o la 2è chambre vers la sortie ;

o une sonde pH optionnelle ˆ;

o la poursuite du circuit réduite à 20 mm provoque une légère surpression au niveau de la croix;

·   un Té ƒ permet de raccorder un compte-bulles Š constitué d'un morceau de PVC transparent de 20 mm;

·   de nouveau un Té (11) permet d'aspirer le surplus de CO2 de la cloche de la chambre principale;

·   le tube redescend vers un Té où se trouve l'entrée d'eau, juste devant l'aspiration de la pompe .

 

Pas évident de visualiser comment ça s'emboîte en bas; une vue du dessus devrait vous y aider.

Schéma2.jpg

Préliminaire : je connais quelqu'un va reconnaître la grille soutenant le substrat de la chambre principale, hein JM !

Schéma3.jpg   Photo2.jpg

Feuille de plastique transparent de 2 mm, un trou de 3 mm à chaque intersection et 3 trous de 5 mm pour passer des vis nylon de 5 en guise de support.

Je me suis longtemps demandé comment j'allais découper proprement la mousse bleue; réponse : scie sauteuse !

Illustrations\Photo18.jpg

2           Matériel

Question prix, j'arrive à 480 € tout compris qui se décomposent comme suit :

· toutes les pièces en PVC : 150 € port compris

· les autres pièces que j'ai du acheter totalisent 150 € aussi à savoir

oélectrovanne Guzwiller 33.30 €

odétendeur Tunze : 63.26 €

obouteille CO2 10kg : 140 € dont 20€ de gaz et 120€ de caution pour le contenant

oraccords pour tuyaux 6 mm et même un taraud ¼" pas gaz à 15,54 €

· la Eheim 1250 que je possédais : 75 €

· une chute de PVC 25 et 50 cm de 16 que j'avais aussi.

Photo1.jpg

Liste des pièces PVC

Nbre

Ref

Description

1

5012

Manchon PVC taraudé Ø 25/20x1"

1

5240

Croix PVC PN 16 Ø 25

2

5629

Joint plat de collet EPDM Ø 20

1 m

9000

Tube PVC transparent PN16 Ø 20x1,5

1 m

9000

Tube PVC transparent PN10 Ø 50x2,4

1 m

9000

Tube PVC transparent PN4 Ø 110x2,2

3

5040

Té égal PVC PN16 Ø 20

1

5070

Bouchon PVC femelle PN16 Ø 20

1

5070

Bouchon PVC femelle PN16 Ø 50

1

5070

Bouchon PVC femelle PN16 Ø 110

1

5071

Bouchon taraudé avec joint Ø 4"

1

5080

Union PVC/EPDM PN16 Ø 20

1

5080

Union PVC/EPDM PN16 Ø 25

2

5090

Réduction simple PVC PN16 20X12

1

5090

Réduction simple PVC PN16 25x20

1

5262

Embout fileté PVC Ø 25x20x1/2"

1

5262

Embout fileté PVC Ø 63x50x1"

1

5262

Embout fileté PVC Ø 125/110x4"

1

5012

Manchon PVC taraudé Ø 20/25x1/2"

1

 

Colle

A la sortie de la pompe, on peut utiliser le raccord 20x3/8" fourni avec celle-ci mais de peur que la colle n'y adhère pas j'ai ajouté un Embout fileté PVC Ø 25x20x3/8" ref 5262 qui ne figure pas dans la liste ci-dessus.

Au lieu d'utiliser un embout fileté PVC Ø 125/110x4" et un Bouchon taraudé avec joint Ø 4" vous pouvez utiliser du 3" : l'embout est plus cher mais le bouchon est moins cher au total on gagne 5 €.

On a besoin d'un seul joint plat de collet EPDM Ø 20 mais j'en ai pris un de réserve.

Le tube de 20 sera découpé en tronçons de 40, 40, 472 (peut être légèrement différent; voir texte), 130, 95 (sera ensuite découpé en 2 tronçons de 35 et 60, voir texte) et 220 (le reste en fait, pour le compte-bulles).

3           Construction

Je commence par coller 50 cm de tuyau de 110 dans le bouchon de 110 d'une part et dans l'embout fileté 125/110x4" d'autre part.

Ne pas oublier la grille avant de coller !

Le bouchon étant bombé, je le stabilise avec un anneau de 110 de 6 mm de haut; positionner le bouchon sur l'anneau en veillant à ce que le tube de 110 soit bien vertical, fixer l'anneau sur le bouchon avec 3 points de colle déposée délicatement sous le bouchon avec un cure-dent; après séchage je retourne le tout et je complète par un filet de colle sur tout le périmètre.

Photo0.jpg

 

Photo3.jpg

Après séchage, je perce un trou de 25 à 15 mm sous le filet de l'embout 125/110x4".

Afin que le tuyau de 25 soit collé perpendiculairement à l'embout, je positionne ce dernier à l'envers sur la table en soutenant le tuyau avec une cale de manière à ce que ce tuyau soit horizontal; je laisse sécher.

Je couperai ultérieurement le tuyau à 25 mm de l'embout de manière à ce que le raccord union vienne pratiquement contre l'embout.

 

Pendant ce temps, j'assemble la croix de 25 et les deux Té de 20 ƒ et (11) à l'aide de 2 morceaux de tuyau de 20 de 40 mm de long; une réduction 25/20 permet de coller le tuyau de 20 dans la croix de 25 .

Afin que les sorties soient parallèles, l'assemblage est emmanché sans collage dans deux tuyaux (un de 25, un de 20) maintenus à plat sur la table à l'aide d'une planchette et d'un serre-joint.

Photo4.jpg

 

J'assemble aussi le dernier Té avec un tube PVC de 20 mm de 130 mm de long.

Dans le tube PVC de 20 je colle un tube PVC de 16 percé de trous de 5 afin de réduire localement le diamètre pour provoquer une dépression qui aidera l'aspiration de l'eau venant du bac par le raccord rapide

 

Photo6.jpgPhoto7.jpg

 

Photo0.jpg

Deux réductions 20/12 permettront de visser les raccords rapides sur les Té et (11); il suffit de les tarauder (1/4" pas gaz); afin de ne pas blesser le PVC j'ai fixé le taraud dans un étau et tourné la réduction à la main.

Photo0b.jpg

 

Collage du tube de 20 mm de 472 mm de long.

Cette valeur peut être légèrement différente en fonction de la longueur exacte de tube de 110 et de la position du perçage de l'embout fileté; elle est égale à la distance entre l'axe du trou de 25 pratiqué dans l'embout fileté 125/110x4" et le sol diminué de 60 mm, dans mon cas : 532 – 60 = 472 mm.

Le tube est fixé sur la table pendant le séchage, ainsi qu'un morceau de 25 non collé, afin d'assurer le parallélisme.

Photo8.jpg

 

Photo9.jpg

Couper le tube de 95 en 2 parties de 60 et 35; insérer le raccord union et coller le morceau de 35 dans le trou du bouchon de manière à ce que la distance entre la pompe et le bouchon soit égale à 95 mm.

La dernière étape de l'assemblage du "grand circuit" est la plus délicate. Je coupe un morceau de tube de 20 de 95 mm de long et l'insère dans la sortie de la pompe (celle fournie avec la 1250); je dispose la chambre principale et le tube bien parallèles sur la table et je laisse reposer la pompe munie de ses tubes d'entrée et sortie sur le bouchon du fond de la chambre principale (voir photo); marquer la position du tube sur le bouchon sachant que l'axe du tube doit être à 40 mm du sol. Percer.

Illustrations\Photo19.jpg

 

Schéma5.jpg

Je souhaitais que l'eau circule aussi de bas en haut dans la seconde chambre; il se fait que le diamètre intérieur du Manchon PVC taraudé Ø 25/20x1" mesure 16 mm; un tube de 16 s'y insère en forçant un peu; j'ai légèrement alésé le manchon de sorte que le tube de 16 y entre sans serrer et j'ai collé sur le tube de 16 une rondelle Ø 30/20 en plexi de 6 mm, l'étanchéité étant assurée par un joint plat de collet EPDM Ø 20.

Pour pouvoir retirer le tube de 16 du manchon quand on dévisse l'embout fileté 5262, le tube de 50 ne peut mesurer plus de 385 mm; le tube de 16 mesure alors 450 mm.

Photo10.jpg

 

Photo11.jpg

Afin d'éviter que le substrat entre dans le tube de 16, sa base est chauffée et aplatie à l'étau; cette forme permet aussi de "forer" le substrat lorsqu'on y plonge le tube.

La partie basse est percée de quelques trous de 3.

 

Il tes temps d'assembler la chambre secondaire : Embout fileté PVC Ø 63x50x1" d'un côté, bouchon de 50 de l'autre.

Une astuce lors du collage du PVC, surtout lorsqu'il est transparent : je protège le tube de l'excès de colle avec bande de papier cache à 2 mm de la jonction que j'enlève immédiatement après emboitement des pièces encollées; idem pour le découpage à la scie : c'est plus facile à tracer.

Photo13.jpg

Photo12.jpg

Puis je colle le Manchon PVC taraudé Ø 25/20x1" dans le Té de 25.

Pour le parallélisme, vous connaissez la recette.

L'embout fileté sera percé le plus haut possible à 11 et fileté ¼" PG pour visser un raccord rapide constituant la sortie ; faire seulement attention à ce qu'elle ne gène pas.

Pour soutenir le tube qui est en porte à faux, je perce un trou de 25 à 40 mm de l'extrémité d'un tube de 25 (si c'est possible) et l'installe comme pied sous le Té .

Photo15.jpg

Photo14.jpg

Le compte-bulles est constitué du solde du tube de 20 (20 cm), d'un bouchon percé à 11, fileté ¼" PG et d'un raccord rapide dans leque j'ai inséré un bout de tuyau de 6 et un raccord plastique récupéré d'une MJ1000 (pour que les bulles sortent bien au centre).

Afin d’éviter que le CO2 en excès s’accumule au point le plus haut du réacteur, à savoir dans le bouchon de 4", 2 raccord rapides sont fixés par perçage et taraudage, l’un dans le bouchon de 4" l’autre dans le Té (11), et reliés par un tuyau de 6 mm ; la différence de pression entre ces 2 points aspirera le CO2 par le tube 4 ce qui le remettra en solution via la pompe.

Enfin, un presse-étoupe pour câble électrique de 12 mm est collé dans une réduction 25/20 elle même collée dans la croix ;cet assemblage permettra d’installer la sonde pH.

Illustrations\Photo17.jpg

4           Mise en oeuvre

Afin de bien contrôler le fonctionnement du réacteur et d’éviter les acidoses, Tunze conseille d'effectuer une mesure permanente du pH de l'aquarium ce qui aura pour but d’interdire le fonctionnement du CO2 lorsque ce pH est en dessous d’une certaine valeur.

Toujours selon tunze, il faudrait démarrer l'ensemble avec un débit en CO2 d'une bulle par seconde, un débit d’eau de 2 à 4 gouttes par seconde et une consigne pH de 8.20 ce qui signifie que l'électrovanne commande le CO2 uniquement quand le pH du bac est supérieur à 8.20. Le facteur de marche du réacteur se fera donc simplement en fonction du déplacement de cette consigne pH vers le haut (moins de fonctionnement du CO2) ou vers le bas (plus de fonctionnement du CO2).

Et ric, et RAC, on va sketter l'baRAC

Réglages
Ayant pas mal "chipoté" pour parvenir enfin à régler mon RAC correctement, voici la méthode que j'ai suivie.
Je précise que je ne suis pas spécialiste, ce n'est pas moi qui ai inventé cette méthode, mais elle m'a permis d'atteindre facilement mon but.
Préliminaires
  • Substrat : l'aragonite commence à se dissoudre à pH=7; les autres substrats (calcite par exemple) demandent un pH plus faible donc plus de CO2 et surtout risquent d'acidifier le bac d'avantage.
  • il est bien plus confortable de travailler avec une électrovanne commandée par le pH : il suffit que le débit de CO2 (nombre de bulles) soit supérieur à la demande, ensuite c'est le contrôleur qui ferme l'électrovanne quand il y en a assez.
  • Un RAC ne va pas corriger les paramètres, Ca notamment, à la dérive; il faut d'abord les ajuster (par exemple avec du chlorure de calcium pour le Ca); ensuite le RAC les maintiendra.
  • Un RAC délivre du KH (carbonates) et du calcium dans des proportions constantes : des tentatives comme augmenter le Ca et diminuer le KH par exemple n'ont pas de sens; le plus simple est donc de se baser sur des mesures de KH, le Ca devrait suivre (à mesurer seulement par acquit de conscience).
  • Etablir un débit de sortie RAC par rapport au volume du bac n'a pas de sens; il faut un débit RAC d'environ une fois le volume du RAC par heure.

La méthode
  1. mesurer le KH du bac
  2. arrêter le RAC pendant 24h
  3. mesurer à nouveau le KH du bac et faire la différence; supposons que le KH ait diminué de 2 °KH/l et que le bac contienne 900 litres d'eau;
    il consomme donc 2 x 900 = 1.800 °KH en 24 heures ou encore 1.800/24 = 75°KH par heure
    le RAC devra donc fournir 75°KH par heure;
    supposons que le RAC débite 5 l/h : le KH en sortie devra dont atteindre 75/5=15°KH/l en plus que le KH du bac;
    si on vise un KH bac = 8, il faudra donc faire en sorte que l'eau qui en sort ait un KH de 8+15=23.
  4. Ajuster la consigne du RAC ou, à défaut d'électrvanne commandée par un pH-mètre, le débit en CO2 pour obtenir ce KH en sortie

En résumé

Pour les allergiques aux maths, j'ai aussi écrit un petit programme (Windows, désolé pour les pommes) qui fera le calcul pour eux; il est décrit ici
Cette méthode donne seulement un point de départ; il faudra ensuite ajuster finement le RAC car la consommation du bac n'est pas constante, notamment en fonction des ajouts d'animaux.
Si le calcul (ou le programme qui fait le calcul) donne un KH RAC supérieur à 40 il faut augmenter le débit du RAC et refaire le calcul.
Si on est obligé d'augmenter le débit du RAC au delà de 1,5 fois le volume du RAC, il faut changer de RAC (en prendre un d'un volume interne supérieur).

Schéma4.jpg